Des bienfaits de la méditation- Premier ingrédient: la cohérence cardiaque

 

On entend parler de plus en plus de la méditation. J'ai choisi d'intégrer dans notre Atelier Equinovent® une toute première approche , car il est important, avant d'aller à la rencontre des chevaux, d'être présent à soi-même. 

La plupart des participants n'ont jamais eu l'occasion de pratiquer la méditation, ne savent pas trop en quoi cela consiste, et sont du coup parfois  un peu réticent au premier abord.

Il y a une vraie confusion sur le sujet. Certains voient même cela comme un moment où on reflechit sur soi-même, genre "qui suis-je, où vais-je, que fais-je... "

 

Et c'est tout le contraire!

Ce que l'on recherche dans la méditation, c'est précisemment une certaine vacuité de l'esprit et des pensées, pas un vide, mais bien plutôt une présence totale à notre corps, à notre environnement, tel qu'il est, et juste comme il est, sans même tenter de changer quoique que ce soit. Le terme "pleine conscience" est également utilisé , et il est sans doute plus explicite.

 

Il existe plusieurs façon d'aborder la méditation. Des personnes merveilleuses, comme Christophe André, proposent des livres et CD, avec des meditations guidées à thème. C'est épatant, je les utilise régulièrement, et cela aide beaucoup.

Pour autant, j'aime beaucoup utiliser des techniques plus interiorisées, qui permettent de suivre son propre rythme, d'être totalement à l'écoute de soi-même, et surtout de pouvoir les mettre en oeuvre partout, à tout moment et dès qu'on en ressent le besoin pour se recentrer et s'ancrer à nouveau ( par exemple, avant de commencer un RDV que l'on appréhende;  récupérer d'une situation qui nous a mise en difficulté etc.)

 

Aujourd'hui, je vais vous parler d'une première approche très simple, et qui requière un temps très court, donc pratique et réalisable quasiment partout: la respiration dite de "cohérence cardiaque". Le seul outil necessaire au début est un chronomètre, que nous avons maintenant vraiment facilement sur nos smartphones....

Il s'agit de compter ses respirations entières ( inspire -expire) , et d'essayer d'atteindre le but d'en avoir 6 par minute. L'exercice est à faire durant 3 minutes. Donc 18 respirations complètes, en 3 minutes. Si on peut prendre 5 minutes, c'est encore plus efficace.

On s'installe confortablement, assis ou debout (ce qui est important c'est d'avoir les pieds ancrés dans le sol), selon l'endroit et la circonstance, dedans ou dehors. On ferme les yeux, on met en route son chrono, et on se concentre uniquement sur la respiration. J'inspire profondément par le nez, j'expire profondément par la bouche ou le nez, tranquillement. L'important est de se focaliser sur la respiration, le mieux par le ventre, pour la caler de plus en plus lente. Au début, cela peut être un peu déstabilisant, la tête tourne un peu, on peut avoir chaud, on arrive à un nombre élevé de respirations ... petit à petit on sent en nous le calme s'installer, un lâcher prise pointer son nez, une harmonisation interieure, une forme de plénitude: c'est un état de pleine de conscience. A la fin de la période, quand on ouvre les yeux, on est plus serein , les pensées se sont éloignées, notre esprit est disponible, prêt à continuer ce que nous avons à faire.

 

Mais alors, me direz-vous, pourquoi et comment ça marche?

 

Le Dr David Servan-Schreiber a été le premier à nous parler de cet outil, notamment dans son merveilleux livre "Guérir".

Le contrôle de nos battements cardiaques permet de mieux contrôler notre cerveau. On comprend très bien par exemple, que, quand nous avons un stress, une peur ou une contrariété, notre coeur se mette à battre plus vite, voire de façon irrégulière. Il existe un lien entre notre coeur et notre cerveau. Cest le circuit sympathique de notre système nerveux autonome qui régit cela. Le cerveau envoie un message au coeur, qui réagit en fonction des infos reçues.

On comprend facilement l'influence qui existe dans ce sens. 

Eh bien, il existe aussi  dans notre système nerveux autonome un circuit parallèle : le circuit parasympathique, qui fait le chemin inverse, avec tout autant d'efficacité!

Quand nous contrôlons notre respiration, nous ralentissons notre rythme cardiaque, et transmettons à notre cerveau l'information que tout est OK, calme et sans stress. Le cerveau intègre l'information et l'esprit se calme, et le taux de cortisol, l'hormone de stress, redescend.

Nous disposons bel et bien d'un frein et d'un accélérateur pour réguler notre coeur.

Epatant, non?

 

Plus on s'entraîne, moins on a besoin de chronomètre, car on retrouve très vite le rythme des 6 respirations/minutes.

Alors,  envie d'essayer?

Surtout pas d'inquiétude les premières fois.... vous aurez peut-être beaucoup de mal à descendre à 6. c'est assez lent quand même! mais pas de panique, avec un tout petit peu de pratique, on trouve très vite cette fréquence, pour même descendre plus bas: il m'arrive de me caler tranquillement à 14....

Un vrai moment pour soi! 

 

Un reportage passionnant sur le sujet: des pilotes de l'armée utilisant cette méthode: cliquez ici

Please reload