Des bienfaits de la méditation- Deuxième ingrédient : observer et éloigner ses pensées

 

 

 

 

 

 Le but recherché par la méditation est donc d'atteindre une sorte de vacuité de l'esprit, cette pleine conscience qui nous ouvre à notre présence au monde à l'instant présent avec plénitude. Mais alors, comment faire taire notre machine à pensées incessantes? 

J'ai testé plusieurs techniques, avec toujours dans l'idée de pouvoir mediter partout, sans aide exterieure souvent difficile à mettre en oeuvre. 

J'aime particulièrement utiliser une petite suite d'actions à appliquer sur les idées pour les éloigner.

 

Car c'est toujours mysterieux le processus des pensées. D'où viennent-elles? Pourquoi ces enchainements parfois bien étranges... comme si ces pensées étaient dans les airs et trouvaient où se nicher en passant près de notre esprit!  hop hop hop j'arrive...comme si elles nous sautaient dessus! 

 

Alors, dès qu'une pensée s'installe dans ma tête, je l'accueille et l'observe en trois étapes: 

 

-  Je remplace la pensée, par "je suis en train de penser que..."

Par exemple, si je pense " je suis triste", je reformule avec " je suis en train de penser que je suis triste".

Cela parait peu de chose, mais cela fait pourtant toute la différence. Cette distanciation me permet très rapidement d'identifier si cela m'appartient vraiment, si c'est une réalité... où juste une pensée qui passait par là ;-)

 

-  Dans tous les cas, comme je pourrai toujours y revenir plus tard, si c'est important pour moi, je visualise un joli petit nuage blanc, beau comme un mouton, qui passe dans le ciel, et je pose tranquillement la pensée dessus, et je regarde le nuage s'éloigner avec ma pensée. Cette visualisation peut paraitre un peu enfantine, mais elle est très apaisante.

 

- Et tout de suite après, je me dis: "et maintenant, quelle va être ma prochaine pensée?" et j'attends...

 

et je recommence ce petit processus avec les pensées suivantes.

 

Au fur et à mesure, le temps d'attente s'allonge, s'étire pour ne plus laisser place à aucune pensée....Tout à fait étonnant! 

En observant ainsi mes pensées, je les ai bel et bien éloignées simplement, sans heurts, sans y réfléchir, elles étaient là, je les ai accueillies, elles sont reparties, c'est fluide, et j'entrevoie cette vacuité de la pleine conscience:

je suis bien, en plénitude, l'esprit libre, présente à moi-même, prête pour passer à l'étape suivante.

 

 

 

 

Please reload